Alexis de Tocqueville

Publié le par Mattheo Philes

Puisque je suis en train de lire un de ses livres - qui est très intéressant : De la Démocratie en Amérique. J'ai donc décidé aujourd'hui de vous présenter Alexis de Tocqueville.
Alexis de Tocqueville (Paris, 1805 - Cannes, 1859)
écrivain, historien, homme politique français.
Il est né dans une famille noble et ultra-royaliste, en partie décimée par la Terreur. Malesherbes est l'un de ses arrières grands-pères, avocat de Louis XVI. Il est aussi le neveu de Chateaubriand. Il a failli ne jamais naître : sa future mère échappe de justesse à la guillotine grâce à la chute de Robespierre en 1794.
Son instruction débute avec l'abbé Lesueur. Puis il étudie la philosophie et la rhétorique au collège de Metz. Il suivra ensuite des études de droit et sera nommé juge auditeur à Versailles en 1827. Lors de l'avènement de la Monarchie de Juillet (29 juillet 1830), sa famille reste fidèle aux Bourbons, tandis qu'il prête serment - exigé des magistrats - à Louis Philippe (Orléans), comme le fera son ami Gustave de Beaumont. Ce qui expliquera son départ, aux allures de fuite, pour l'Amérique en 1831 avec ce dernier.
Comme historien, disciple de Montesquieu, il s'est attaché tout spécialement à retracer l'évolution de l'Amérique et de la France vers la démocratie. Au retour de son voyage en Amérique, il publia De la démocratie en Amérique (1835-1840).
Il est reçu à l'Académie des sciences morales et politiques en 1838 et entre à l'Académie Française en 1841.
Député en 1848, il devint ministre des Affaires étrangères de la IIè République (1849).
Il s'opposa au coup d'Etat de Louis Bonaparte, le 2 décembre 1851, ce qui l'obliga à se retirer de la vie politique.
En 1856, il fît paraître l'Ancien Régime et la Révolution où il s'efforce de montrer que la Révolution n'a fait qu'achever l'oeuvre déjà commencée sous la Royauté. Cet ouvrage restera inachevé car Tocqueville meurt de la tuberculose en 1859 à Cannes. On a aussi de lui sa Correspondance, ses Discours et ses Souvenirs.

Il est considéré comme l'un des défenseurs historiques de la liberté ( notamment de la liberté de presse et de l'enseignement) et de la démocratie, il fut anti-collectiviste et est l'une des références des libéraux.

Publié dans Culture

Commenter cet article