Quelques passages philosophiques

Publié le par Mattheo Philes

Voilà quelques passages lu dans un livre et qui m'ont marqué.

La vie nous habitue à la mort par le sommeil.

La vie nous avertit qu'il existe une autre vie par le rêve.

Eliphas Lévi

Philosophie orientale :

"Alors Alimtra répondit :

_vous voudriez connaître le secret de la mort. Mais comment le trouverez-vous sinon en le cherchant au coeur de la vie ?

La chouette dont les yeux faits pour la nuit sont aveugles au jour ne peut dévoiler le mystère de la lumière.

Si vous voulez vraiment contempler l'esprit de la mort, ouvrez amplement votre corps à la vie. Car la vie et le mort sont un, de même que le fleuve et l'océan sont un.

Dans la profondeur de vos espoirs et de vos désirs repose votre silencieuse connaissance de l'au-delà. Fiez-vous aux rêves car en eux est cachée la porte de l'Eternité."

Khalil Gibran, Le Prophète

Philosophie taoïste :

"Le Sage aime cette vie tant qu'elle dure et l'oublie ensuite pour une autre vie. Celui qui est un avec l'âme universelle garde son moi où qu'il aille.

Le feu est au fagot ce que l'âme est au corps. Il passe à un autre fagot comme l'âme passe à un corps nouveau. Le feu se propage sans l'éteindre. La vie continue sans cesse."

Tchouang-tseu

Philosophie hindouiste :

"L'homme est semblable à une taie d'oreiller. Une taie peut être rouge, une autre noire et ainsi de suite, mais toutes contiennent le même coton. Il en va de même pour les hommes : l'un est beau, l'autre est laid, un troisième pieux, un quatrième méchant, mais c'est le même Dieu qui réside en tous."

Ramakrishna

Mythologie chrétienne :

"Or, si l'on prêche que le Christ est ressuscité des morts, comment certains parmi vous peuvent-ils dire qu'il n'y a pas de résurrection des morts ? S'il n'y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n'est pas ressuscité. Mais si le Christ n'est pas ressuscité, vide alors est notre message, vide aussi est notre foi [...]. Si c'est pour cette vie seulement que nous avons mis notre espoir dans le Christ, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes [...]. Si les morts ne ressuscitent pas, mangeons et buvons car demaiin nous mourrons."

Deuxième Epître de saint Paul aux Corinthiens I, 15.

Mythologie juive :

Le corps et l'âme sont-ils égaux devant le jugement divin ?

Le corps pourrait accuser l'âme d'avoir péché puisque, depuis qu'elle l'a quitté, lui gît inerte au fond du tombeau. A quoi l'âme pourrait rétorquer que délivrée du corps pécheur, elle plane sereinement dans les airs comme un oiseau.

L'âme et le corps pourraient-ils ainsi échapper au jugement divin ? On posa la question à un sage. Comme tous les sages, il répondit par une parabole, celle du roi qui avait choisi pour gardiens de son verger un aveugle et un cul-de-jatte.

Le cul-de-jatte ne tarda pas à s'extasier sur les fruits magnifiques. "Laisse-moi grimper sur ton dos pour les cueillir, proposa-t'il à l'aveugle. Ensuite, nous les mangerons ensemble." L'aveugle s'avéra in capable de résister à la tentation et, au retour du roi, il ne restait plus rien des fruits de son verger. Au monarque qui s'étonnait, l'aveugle repondit qu'il n'avait rien vu, le cul-de-jatte qu'il aurait été bien incapable de grimper à un arbre pour s'emparer du moindre fruit.

Le roi ne réfléchit pas longtemps. Il ordonna au cul-de-jatte de monter sur l'aveugle. Ensemble, ils furent roués de coups de bâton comme s'ils n'étaient qu'un.

De même, ensemble, l'âme et le corps comparaîtront. De même, ensemble, ils seront jugés.

Talmud de Babylone (Sanhédrin 9 a/b)

Mythologie japonaise :

"Nous ne sommes que des grains de sable mais nous sommes ensemble.

Nous sommes comme les grains de sable sur la plage, mais sans les grains de sable la plage n'existerait pas."

Poème en langue yamato (japonais ancien)

Mythologie indienne :

Une vieille légende hindoue assure qu'il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tant de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le dissimuler en un lieu où il leur serait impossible de le retrouver. La difficulté fut de trouver la bonne cachette.

Convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, les dieux mineurs suggérèrent : "Enterrons la divinité de l'homme dans la terre." Brahma répondit : "Cela ne suffira pas car l'homme creusera et la trouvera."

Les dieux mineurs proposèrent alors : "Dans ces cas, jetons la divinité au plus profond des océans. -Non, dit encore Brahma, car tôt ou tard l'homme explorera les profondeurs des océans et il est certain qu'un jour il l'y découvrira et la remontera à la surface."

Les dieux mineurs conclurent : "Nous ne savons pas où cacher la divinité de l'homme puisqu'il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d'endroit que l'homme ne puisse atteindre un jour."

Brahma réfléchit et rendit son verdict : "voici ce que nous ferons de la divinité de l'homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même car c'est le seul lieu où il ne pensera jamais à la chercher."

Et depuis, dit la légende, l'homme a fait le tour de la Terre. Il a exploré, escaladé, plongé et creusé sans jamais découvrir ce qui se trouve en lui.

Mythologie juive :

Selon la Cabale, le foetus est un grand sage. Déjà, dans le ventre de sa mère, il connaît tous les secrets du monde. Mais, juste avant sa naissance, un ange descend pour le faire taire. Il lui applique un doigt sur la bouche et lui dit "chut"...Le foetus dès lors oublie tout. Il n'y a que son inconscient qui se souvient vaguement des "grands secrets". C'est à cause de ce contact angélique que nous avons un enfoncement sous le nez : "la gouttière des lèvres".

 

Voilà, voilà :) J'espère que ces passages vous ont plu. J'ai acheté Le prophète de Khalil Gibran, je vous mettrai quelques passages de temps en temps.

Publié dans Culture

Commenter cet article